C’est l’un des sujets chers à Eric Zemmour, l’un de ses chevaux de loisir de longue date : les prénoms. Alors que le polémiste est confronté à des questions sur un éventuel arrangement dynamique politique d’autorité en 2022, il a en effet pris position contre les prénoms obscurs et doit contraindre les gardiens à donner des noms français. “J’accepte que la défrancisation soit un des enjeux importants” a-t-il encore déploré sur RTL mardi 14 septembre 2021. Le chroniqueur, qui s’est éloigné de CNews, souhaite ainsi rétablir la loi du 1er avril 1803 sur les prénoms, mise en place par Napoléon Bonaparte. C’est la chose qui a provoqué une page web, “Vitemonprenom.com), pour proposer aux internautes, de manière formidable, de tester leur prénom pour vérifier s’il se rapprocherait suffisamment de la loi.

Ce n’est pas la première fois qu’Eric Zemmour s’inspire du sujet des prénoms. En 2018, ce sujet a valu à l’ancien auteur de se retrouver devant les tribunaux. Invité des Terriens du dimanche, présenté par Thierry Ardisson sur C8, il avait affronté Hapsatou Sy, une gestionnaire de fonds devenue chroniqueuse pour Cyril Hanouna. Sur le plateau, le faiseur de France n’a pas dit son dernier mot, diffusé mercredi 15 septembre, avait dépêché : « Régulièrement, à la maison, on devrait donner des prénoms dans ce qu’on appelle l’horaire, en tant que tels saints chrétiens. … ] Corinne, ça te irait bien dans l’ensemble. Extraordinaire.” Suite à la transmission du plan, le polémiste a été renvoyé en révision pour “choc enthousiaste” et attend les fondamentaux. Quoi qu’il en soit, il persévère et signe à ce sujet. Néanmoins, curieusement, Corinne n’est pas inscrite comme telle dans l’emploi du temps et n’est certainement pas une personne bénie. Il est considéré le 18 mai, jour de la Saint Eric…

Quelle est la loi du 1er avril 1803 sur les prénoms ?

Jusqu’en 1803, les prénoms étaient donnés sans réserve, sans direction unique. Lorsqu’il en prit le contrôle, Napoléon Bonaparte comptait conduire le sujet et disposait de la « Loi de la preuve reconnaissable aux prénoms et changement de noms du 11 germinal », autrement dit la loi du 1er avril 1803. L’article 1er donnait : « A compter du la diffusion de cette loi, les noms figurant dans les différentes extensions, et ceux de personnages notables de l’histoire ancienne, peuvent être récupérés essentiellement comme des prénoms dans les registres de statut normaux logés enregistrant la présentation des jeunes; et les spécialistes publics sont exclus de la remise d’autres dans leurs exercices. Il n’y a ainsi aucune notification d’obtention de prénoms uniquement issus du plan « Chrétiens consacrés ».

Un siècle et demi plus tard, la loi est relâchée par un rond-point du 12 avril 1966 entérinant les prénoms régionaux, constitués de noms, de diminutifs ou de légendes. Puis, à ce moment-là, vers cette époque, le 8 janvier 1993, la loi a officiellement abrogé le texte de Napoléon Bonaparte – malgré le fait qu’il avait rarement été vraiment appliqué – et a laissé les gardiens autorisés à choisir le vrai prénom de leur enfant. , nonobstant. qu’il n’incline pas ça. dernier.

Que propose Eric Zemmour pour les prénoms en 2022 ?

Sur RTL, Eric Zemmour a indiqué qu’il méprisait l’annulation de la loi de 1803 : « C’est une loi qui s’est déroulée sans encombre pendant un siècle et demi, qui a d’abord ajusté chacune des personnes venant de régions particulièrement éloignées. “Par conséquent, l’éventuelle instance candidate fait du lobbying pour sa présentation rechargée dans les messages en considérant que, de la manière qui lui paraît la plus naturelle, “la défrancisation est l’un des enjeux majeurs”. De même, pour expédier : « Il faut relooker les Français !

Ainsi, le sexagénaire doit « mettre sur liste noire des prénoms obscurs, pas seulement musulmans », avant de s’occuper de ses contemplations : « Ce qui m’agace, c’est qu’au bout de trois ans, leurs gosses s’appellent encore Mohamed. C’est Mohamed, c’est une catastrophe puisque c’est un objet d’isolement.En tout cas, j’imagine aussi que c’était une confusion pour endosser les Kevin et les Jordan.

Rapidement mon prénom : un site de blagues sur la proposition d’Eric Zemmour

Exit Manolo, Mattéo ou encore Élise, Mohamed et Johnny, accueillent Pierre, Marie, Louise et Jacques. Quel sera le vôtre ? Absorbé une mesure équivalente où Eric Zemmour s’adressait à l’autorité choix politique et rétablissait la loi de 1803, le site dénaturé “Rapidement mon nom” a été mis au monde mercredi 15 septembre, pour faire avec insistance une référence rusée à “Rapidement ma part”. “, le gadget CovidTracker qui permet de percevoir les gadgets de vaccination disponibles. Peu de temps après, il est possible de tester son prénom pour vérifier s’il s’identifie à la loi de 1803 qu’Eric Zemmour souhaite rétablir. De même, si l’essentiel nom n’a aucun rapport, un de plus est proposé en remplacement, essentiellement sur une association qui fait admettre directement la différence de prénom du statut normal.